Sanchey

Nom des habitants : Sanchéen, Sanchéenne

 

Altitude : 360 mètres


Description historique

Bouzey

L’existence du village est attestée dès 1281. Sanchey s’appelait alors Xonxei. Il dépendait du ban d’Uxegney, qui était sous la juridiction des Chanoinesses de Remiremont. Pendant longtemps, Sanchey n’a pas eu d’église, la paroisse étant rattaché à celle de Chaumousey. 

 

La commune fut dévastée en avril 1895 par la rupture du barrage de Bouzey. Des fissures et des déformations importantes avaient été observées auparavant dans cette digue de 18 mètres, mais la rupture fut brusque et le drame fit 88 victimes. 


Légende, tradition ou personnage remarquable

L’étang de la Comtesse inspira la légende du Culâ, un maître fourbe qui apparaissait aux voyageurs égarés. Cet enjôleur pouvait prendre mille formes, mais on le trouvait souvent sous la forme d’une boule de feu.

 

Toujours en mouvement, ce traître ne cessait de harceler les voyageurs pour attirer leur attention. Il les invitait à le suivre dans le seul but de les faire tomber dans un gouffre ou de les enliser au fond d’un étang. En effet, cet esprit malsain et moqueur donnait l’apparence de l’eau à la terre et l’apparence de la terre à l’eau pour induire le passant en erreur. Il ne fallait pas tenter de l’attraper car cet être était insaisissable. Il s’évaporait pour se reformer autre part. La seule et unique façon de s’en débarrasser était de prononcer des insultes à son égard. Cûla, ne supportant pas de se faire insulter, se précipitait alors dans la première flaque qu’il trouvait en faisant jaillir, pendant un instant, une multitude de petites flammes de toutes les couleurs.


Monument / patrimoine

La batterie de Sanchey 

  Construit avant la Première Guerre Mondiale, ce petit ouvrage de guerre fait partie de la ceinture des forts d’Epinal. Il se situe entre les forts d’Uxegney et de Girancourt, qui avaient l’ordre de se défendre entre eux. La batterie de Sanchey permettait de contrôler le Canal des Vosges et le croisement des voies ferrées de Mirecourt, Jussey et Epinal. Elle traversa les deux conflits mondiaux sans aucun dégât. Aujourd’hui, elle est encore en bon état, et son pont levis est toujours opérationnel.


L’étang de la Comtesse :

 

Initialement, cet étang s’appelait Etang de la Forêt. Cet étang de pêche a appartenu à divers particuliers. Au XVIIème siècle, le bois adjacent à l’étang portait le nom du Bois de la Comtesse. Ce bois, pourtant, appartenait à l’abbaye de Chaumousey, jusqu’à ce que l’Etat saisisse tous les biens appartenant au clergé pendant la Révolution en 1790. Le nom de la Comtesse qui aurait donné son nom au bois et à l’étang, ainsi que l’époque à laquelle elle aurait vécu, restent encore inconnus.