Xertigny

 

 

 

D’or à la bande de gueule chargée de trois anilles d’argent

 

Nom des habitants : Xertinois, Xertinoise

Altitude : 461 mètres

Jumelé avec Lauf (Allemagne)

 

BlasonIl reprend le blason lorrain, en remplaçant les alérions par des anilles, qui représentent l’initiale X du nom de la commune.


Description historique

Des vestiges de souterrains et de sculptures antiques témoignent de l’existence d’un camp romain installé sur le hameau de Rasey. Son chef, Certinus aurait donné » son nom à la localité, qui serait devenue Xertigny par la suite.

 

Durant la Guerre de Trente Ans (1618-1648), à partir de 1635, Charles IV, Duc de Lorraine, entre en guerre avec Louis XIII, roi de France, dont les alliés, les Suédois et les Hongrois, sèment la terreur sur leur passage par les pillages, les tortures et les enlèvements. Xertigny n’est pas épargnée.

 

En 1642, Xertigny est dévastée par la peste et commence une période de famine. Les cultures sont en friches et les pluies incessantes de 1651 ne permettent pas de récoltes suffisantes. A partir de 1653, enfin, l’abondance revient et la natalité augmente à nouveau.

 

En 1766, Xertigny et la Lorraine passent sous la domination du roi de France.

En 1848, le roi Louis Philippe est renversé et la République est rétablie. De nombreux arbres de la liberté sont plantés, dont celui près de l’hospice de Xertigny.

En 1866, Louis Pasteur vient travailler au laboratoire de la brasserie. Ses travaux permettent de démontrer que la génération spontanée des êtres vivants n’existe pas et que, même microscopiques, ils ne se développent qu’à partir de germes déjà présents dans l’atmosphère et qu’ils sont responsables de la mauvaise conservation de la bière. D’où le terme de « pasteurisation » donné au procédé qui permit ensuite de conserver la bière.

 

La bière « La Lorraine » devient alors la meilleure d’Europe et s’exporte dans le monde entier. La brasserie fermera en 1966.


Légende, tradition ou personnage remarquable

Sainte Walburge

En 730, une religieuse du nom de Walburge aurait fait une halte à Xertigny pour y faire couler une fontaine dont l’eau n’a jamais tari. Elle fila également sa quenouille et laissa tomber sa pelote de laine, qui dévala le long de la colline et s’arrêta exactement à l’emplacement actuelle de l’église de Xertigny. Sainte Walburge est aujourd’hui la patronne de Xertigny.

 

Victor Simon Champion

 En 1865, ce brasseur s’installa à Xertigny pour se perfectionner. Il construisit la brasserie « La Lorraine », colossale avec 80 employés, dans d’imposants bâtiments sur 3 étages et d’immenses caves. Il se fit construire un château, dessiné par l’architecte Clasquin : l’actuel Château des Brasseurs qui abrite aujourd’hui les bureaux de la Mairie. Sa famille et ses successeurs l’occupèrent jusqu’en 1966. Une légende raconte qu’il aurait trouvé sous la « Roche des Cents Ecus » une partie du trésor des Templiers, ce qui expliquerait le gigantisme de son entreprise.

 

En réalité, après de nombreux sondages du sol, il découvrit une source abondante qui fut captée et permit la fabrication de la bière en grande quantité : à l’époque, il fallait 14 litres d’eau pour fabriquer un litre de bière.


Monuments / patrimoine

Le Château des Brasseurs

 

Construit en 1888, le château fut la résidence de la famille Trivier-Champion, propriétaire de la brasserie, jusqu’en 1966. Dessiné par l’architecte Clasquin, ses pierres blanches lui donnent un style Renaissance qui rappelle les Châteaux de la Loire. Il était à l’origine entouré d’un parc de 38 hectares avec des étangs et des espèces d’arbres rares, qui a été racheté en 1983 et aménagé pour le public. Après avoir hébergé des colonies de vacances entre 1956 et 1977, il est, depuis 1979, le siège de la mairie. 


Le Viaduc de Granges

 

Il fut construit en 1861, il a été détruit une première fois en 1870 par les Français, pour stopper le trafic allemand par le chemin de fer, puis reconstruit partiellement par l’ennemi. Il a été détruit une deuxième fois en 1944 par les Allemands, puis réparé par les Américains en 1945.

 

Un accident tragique a eu lieu le 27 mai 1982. Deux trains se percutèrent, ce qui provoqua la mort des deux chauffeurs. Une des deux locomotives s’est écrasé 35 mètres sous le pont. L’autre s’est arrêté en équilibre au-dessus du vide. 


L’église Sainte-Walburge

 

Elle pourrait avoir été construite au XIIème siècle. Elle a été détruite par un incendie le 18 juin 1940, par les Allemands arrivant à Xertigny. Reconstruite dans les années qui suivirent, on peut y admirer des vitraux représentant des saints lorrains, œuvres du maître verrier de Chartres, Gabriel Loire, ainsi qu’une statue du XIVème siècle de Sainte-Walburge.