Histoire de la Place Forte d'Epinal - 2/4

La construction de la Place Forte

Situation géographique

En ce qui concerne la frontière de l’Est, la plus menacée à l’époque, Séré de Rivière conçoit un système s’appuyant sur les places fortes de Verdun, Toul, Epinal et Belfort.

 

Contrairement aux autres villes, Epinal n’a aucun passé militaire récent. La seule fortification réside en un château fort construit entre le XIème et le XVIIème siècle et totalement démantelée sous Louis XIV. Il faut donc construire entièrement la place car avec le changement de frontière, sa position géographique est devenue stratégique pour la défense du territoire.

 

Située sur le lit de la Moselle, à la porte du Massif vosgien, la ville constitue le point de rencontre en rive droite de la Moselle, de deux routes d’invasion majeure venant de Rambervillers et de Saint-Dié. En rive gauche, elle contrôle la voie ferrée qui longe la Moselle et qui mène vers Nancy, au Nord et à Remiremont, au Sud. Enfin, Epinal rassemble ainsi un nœud important de communications routières et ferroviaires.


Fonctions

La principale fonction de la place est d’empêcher le contournement de Belfort par les Monts–Faucilles et la Franche–Comté et de renforcer l’extrémité Nord du rideau défensif des forts de Haute-Moselle, et en même temps, de former la défense sud de la trouée de Charmes.


Présentation

Après 1878, trois autres forts d’arrêts, ceux de Girancourt, le Roulon et le Bambois, viennent renforcer le dispositif en rive gauche de la Moselle. Mais ils sont trop éloignés les uns des autres pour pouvoir se défendre entre eux, c’est ainsi que neuf forts intermédiaires viennent compléter le dispositif à partir de 1881.

 

Mais il ne suffit pas de construire des forts pour faire une place forte, il faut aussi tout ce qui va avec : les casernes, les arsenaux, les poudrières, les magasins à vivres, des lieux pour les hommes, pour les chevaux … Au niveau de la circulation autour de la place, elle est d’abord réalisée grâce à la route stratégique n°101 puis par le chemin de fer à voie étroite, la voie de 60.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

En quelques années, Epinal s’est transformée en une place militaire redoutable avec seize forts, un réduit, plus de soixante-dix batteries d’artilleries intermédiaires, trente-trois redoutes d’infanterie, vingt abris de combat, dix-huit magasins à poudre, un parc à dirigeable, un terrain d’aviation…